Ecritures saintes Nioinoshōgyō

Selon l’histoire du temple, il s’agit de soutras appelés Nioinoshōgyō et conservés précieusement par les supérieurs successifs du temple. Ces écritures saintes rédigées de la main du troisième supérieur Shunnyūnaiku, sont classées trésor national.
Shunnyūnaiku ayant quitté très tôt sa famille, s’est mis sous la protection du moine Kangen appartenant au courant Ono de la religion Shingon et a séjourné au sanctuaire Fugenin au temple Ishiyama.
Le 25 octobre 921 (année 21 de l’ère Engi), Kangen se rend sur le souhait de l’empereur Daigo, au mausolée de Kōbō Daishi situé dans la nécropole du mont Koya et est accompagné de Shunnyū. Lors de la cérémonie Okoromogae, Shunnyū effleure les vêtements du grand maître Kōbō Daishi, et sa main s’imprégne d’un parfum dont on dit qu’il n’a jamais disparu. Les écritures saintes tracées de cette main parfumée sont appelées « Nioinoshōgyō » et on dit qu’il y flotte également le parfum du grand maître.

ゆかりの地
Enceinte du temple Ishiyama

Retour à la liste