Visite des fidèles à Ishiyama

A l’époque Heian, la noblesse avait coutume de se rendre en prière au temple Ishiyama et on dit que de nombreuses femmes de lettres sont également venues en visite au temple.
Celles-ci s’y rendaient en prière, consignaient au jour le jour les événements de leur séjour ou écrivaient des poèmes sur la région d’Ishiyama.
On dit que la mère de Fujiwara no Michitsuna qui est l’auteur du journal « Kagerō Nikki » se rendait à pied de la capitale au temple Ishiyama, pour prier. Elle partait à l’aurore, franchissait le passage Osaka, prenait le bateau à Uchidenohama et atteignait le temple Ishiyama au crépuscule. La fille de Sugawara no Takasue, auteur du journal « Sarashina Nikki » aurait aussi laissé la preuve de son séjour au temple Ishiyama, ainsi qu’en témoigne le rouleau de peinture « Ishiyamadera Engi Emaki ». Murasaki Shikibu aurait établi le plan de son roman « Le Dit du Genji » et aurait commencé à l’écrire durant sa retraite au temple.
On suppose qu’à cette époque, se rendre en prière au temple Ishiyama non loin de la capitale en admirant les paysages du lac Biwa, faisait partie des plaisirs des femmes de la noblesse.

ゆかりの地
Enceinte du temple Ishiyama

一覧に戻る