Le moine Kōgi transformé en carpe

Au milieu de l’époque Heian, il y avait au temple Miidera un moine du nom de Kōgi connu pour ses talents de peintre. Durant ses moments de loisirs, il s’embarquait sur le lac Biwa, à bord d’un petit bateau, rejettait à l’eau les poissons qu’il avait achetés aux pêcheurs et se plaisait à les dessiner en train de s’amuser dans l’eau. Un jour qu’il s’invita dans le sommeil, il se prit à rêver qu’il jouait avec les poissons et à son réveil, il se mit à les peindre. Ayant pris cette habitude, le messager du dieu du lac apparut un jour à Kōgi qui nageait et lui dit: « Le dieu du lac dit que depuis quelques temps, tu te montres très charitable. Si tu veux continuer à t’amuser avec les poissons, tu recevras un vêtement de carpe jaune pour mieux t’amuser dans l’eau. » C’est ainsi que Kōgi se transforma en carpe et se mit à nager à sa fantaisie dans le lac. Mais il advint qu’il eut faim et mordit à l’hameçon d’un pêcheur qui apporta sa prise d’une longueur approximative de 1 mètre à la riche demeure d’un fonctionnaire, puis au moment où le cuisinier s’apprêta à le couper avec son couteau bien aiguisé, Kōgi se réveilla.
Kōgi vécut longtemps puis mourut de sa bonne mort mais avant de quitter ce monde, il éparpilla dans le lac les nombreuses peintures de poissons qu’il avait réalisées. On dit qu’à ce moment-là, les carpes se détachèrent des peintures et se mirent à nager. Voilà pourquoi les peintures de carpe de Kōgi n’ont jamais été transmises à la postérité.
Cette histoire a été écrite au milieu de l’époque Edo par Ueda Akinari dans « Ugetsu monogatari (Contes de pluie et de lune) » sous le titre « Muō no rigyo (carpe en rêve) ».

Retour à la liste