Pin Sanko

Kōbō Daishi ayant achevé sa formation religieuse à la Chine des Tang en 808 (première année de l’ère Daidō) reçu lors de son retour au Japon, le sabre Sankosho qui est un accessoire religieux de l’enseignement ésotérique, des mains du maître Keikakashō (Huiguo).
Il aurait concrétisé son voeu de « se rendre en un lieu où il puisse vulgariser tout l’enseignement ésotérique reçu » en prononçant cette dernière phrase et en lançant très haut le sabre dans la direction de l’est.
Le sabre ayant franchi la mer en 816 (année 7 de l’ère Kōnin) fut retrouvé au sommet d’un pin dans les montagnes Koyasan de la région de Kiinokuni. Le grand maître avait dès lors découvert l’endroit ou il devait mener à bien l’entraînement religieux de l’école ésotérique Shingon. Depuis, le pin devenu source de révélation spirituelle, fut appelé pin « Sanko ».
En s’inspirant de cette légende, un pin aux aiguilles à trois branches découvert sur le lieu attaché au souvenir de Kōbō Daishi a également été appelé « sanko no matsu » et sert à la foi. Au temple Ishiyama où autrefois le grand maître a séjourné et prié durant trois années néfastes, se trouve à l’entrée le pin « Sanko ». On dit que les aiguilles à trois branches portent bonheur et depuis longtemps de nombreux fidèles les ramasseraient pour les rapporter en souvenir.

ゆかりの地
Devant la porte du temple Ishiyama

Retour à la liste